Monkey Forest Ubud Bali

Monkey Forest, le sanctuaire de la forêt des singes à Ubud

Les singes de la Monkey ForestÀ Bali, il existe de nombreuses réserves où les singes cohabitent avec les humains. Excursion dans la Monkey Forest de Ubud à la rencontre de ces macaques arboricoles.

La Monkey Forest d’Ubud est une réserve naturelle située à Ubud (Bali). Elle abrite plus de 600 macaques crabiers (Macaca fascicularis). La Forêt des Singes de Ubud est un très grand espace boisé au centre duquel siège un gigantesque banian. Un temple y a été bâti, dans lequel on croise beaucoup de primates. Ces derniers y ont élus domicile. Ce lieu me fait songer aux contes de l’Orient et des 1001 nuits, à ces temples lointains perdus aux milieux d’épaisses forêts, demeure des magots, orang-outans et autres quadrumanes.

Ici les singes sont rois et plutôt farceur. Friands de pisang (bananes) ou de radis noir, mais le fruit de toute leur convoitise reste sans nul doute les sacs à main des jolies touristes de passage. Passer une matinée avec mes amis dans la forêt des singes était une bonne façon d’éviter la foule et de s’amuser à observer les singes. Nous avons pris plaisir à explorer cette étonnante réserve naturelle, à faire quelques croquis et à prendre de belles photos grâce à la douce lumière du matin.

On les dit susceptibles (surtout lorsqu’ils déjeunent), mais la vérité c’est que les macaques sont ici chez eux, nous ne sommes que de passage et celui-ci ne peut se faire, parfois, qu’avec leur accord. Il est donc vivement recommandé d’attacher fermement son sarong et de savoir donner du pied (avec légèreté) lors des affrontements qui surviennent parfois… Je peux en témoigner ! Heureusement, plus de peur que de mal, mais j’ai quand même vu la mâchoire d’un chef de meute de très (trop) près ce jour-là… C’est aussi cela le respect de la Nature : savoir préserver ce sanctuaire et respecter les non-humains qui y vivent (en paix) !

Après toutes ces émotions, j’accompagne Meiri au Monkey’s Diner où nous retrouvons Pras, un de ses amis peintres contemporain. Au fait, vous prendrez bien un verre d’Arak ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.