Gamelan Balinais

L’orchestre de gamelan et le baris : deux traditions indonésiennes

Dans une légende javanaise sur l’origine du gamelan, un dieu nommé Sang Hyang Guru régnait sur Java depuis le sommet du mont Lawu. Il créa un gong magique qu’il frappait depuis son royaume montagneux pour invoquer les autres dieux, créant ainsi le premier gamelan.

Composés d’instruments de percussion tels que des métallophones de type xylophone, des gongs, des instruments à cordes, des tambours et quelques flûtes, ils sont considérés comme des pusaka — un patrimoine culturel doté d’un pouvoir surnaturel. À Bali, les cymbales sont souvent utilisées et la musique des gamelans est remplie de différents tempos, de changements rythmiques et de dynamiques soudaines. Sur l’île de Java, les joueurs de gamelan produisent un son plus calme en utilisant des maillets rembourrés. Colin McPhee, compositeur expatrié à Bali dans les années 1930, a décrit la différence comme telle : « Alors que le calme classique de la musique et de la danse javanaise n’est jamais perturbé, la musique et la danse à Bali sont turbulentes et dramatiques, remplies de contrastes et d’effets audacieux. Les musiciens javanais trouvent la musique de Bali barbare. Les balinais se plaignent que la musique de Java « les endort ».

Afin de continuer votre lecture et de vous imprégner pleinement de l’univers sonore qui se dégage des orchestres de gamelan, je vous propose un accompagnement de I Made Subandi, célèbre joueur de l’île des Dieux :

I Made Subandi, Music from Bali.

Les danseurs baris : gardes du corps des dieux de Bali 

Le baris, une ancienne danse guerrière de dévotion dérivée des arts martiaux, est originaire d’Indonésie au XVIe siècle sous le puissant empire Majapahit. A Bali, les soldats pratiquaient le baris comme exercice martial pour défendre leurs rois ainsi que leurs dieux.

Puisque le baris est un acte d’hommage au temple, exécuté par un danseur portant son arme, il est classé comme wali, ou sacré. Toutes les danses wali ont lieu dans le jeroan, la cour la plus intérieure du temple.

Danseur Baris tunggal - Bali
Danseur baris tunggal à Bali.

Comme exercice martial pour la défense de leurs rois et de leurs dieux, les soldats Majapahit dansaient le baris, une danse guerrière de dévotion originaire du XVIe siècle. Baris se traduit par « ligne » et baris gede, une danse pour hommes dans un groupe allant de quatre à soixante, qui signifie « grande ligne ». Aujourd’hui, plus de trente types de baris existent et sont un élément essentiel des cérémonies et des crémations du temple d’Odalan. (Le « Kidung Sunda », un poème javanais de 1550 racontant la crémation d’un grand roi, un massacre horrible et le suicide rituel de masse des veuves qui a suivi, mentionne sept types de baris en cours.) Le baris est un acte en hommage au temple et, par conséquent, il est classé comme wali, ou sacré, et se déroule aussi dans le jeroan, la cour la plus intérieure du temple. Les danseurs portent des armes telles que des lances, des boucliers, des poignards ou des offrandes de fleurs. Le nom de l’arme, de l’offrande ou de la fonction indique de quel type de baris il s’agit : dans un baris tumbak, de longues lances appelées tumbak sont portées, tandis que dans le baris pendet, des offrandes sont portées par les danseurs. Tous ceux-ci entrent dans la catégorie des baris gede, ou groupe rituel baris.

Les mouvements de la tête peuvent tourner soudainement vers la droite ou la gauche, ou être magnifiquement fluides, avec des mouvements latéraux qui donnent l’illusion de la tête flottant sur le cou. Dans la danse balinaise, le taksu est une performance de grande qualité que chaque danseur aspire à acquérir. La maîtrise de tous ces éléments techniques aide le danseur à atteindre ce charisme irrésistible.

Les hommages aux dieux : cérémonies Baris et Odalan

Un Odalan est un hommage aux dieux dans lequel les représentations théâtrales et les danses telles que les Baris sont considérées comme des offrandes religieuses. Un Odalan a lieu tous les 210 jours (une demi-année dans le calendrier balinais) et dure de quelques jours à plus d’une semaine, selon l’importance du temple. Tout le monde dans le village prend part aux préparatifs de l’Odalan. Danseurs et musiciens répètent, les enfants cueillent des fleurs et des palmiers des feuilles pour les somptueuses décorations du temple, d’autres encore préparent des festins et construisent d’imposants plateaux de fruits et de fleurs comme offrandes divines. À l’extérieur du temple, les mauvais esprits sont apaisés avec des offrandes de nourriture éparpillées sur le sol et le sang d’un combat de coqs (qui se produit pendant le rituel d’invitation des divinités à descendre du mont Agung) est versé dans le temple.

Les adeptes hindous-balinais croient que lorsque les dieux descendent, ils prennent la forme d’effigies en bois ressemblant à des poupées appelées pratima. Les danseurs baris servent de gardes du corps à ces divinités, et lors de la conclusion d’un Odalan, ils conduisent une procession vers une source sacrée où les pratima sont rituellement nettoyés. Escortées hors du temple dans des sanctuaires que l’on porte à bras d’hommes, ces sculptures saintes sont accompagnées par toute la congrégation du temple. Les danseurs baris gede gardent le pratima avec leurs armes, les protégeant alors que la direction de la procession passe d’une trajectoire kaja-kelod (Nord vers le Sud) positive à négative. Les pratima sont baignés par les prêtres puis ré-enchâssés dans le temple. Un prêtre récite ensuite des prières de consécration en sanskrit tout en gesticulant des mudras avec ses mains, et la sonnerie de la cloche de son temple marque la fin de l’Odalan.

Groupe traditionnel de gamelan Balinais
L’orchestre de gamelans, formation musicale traditionnelle de Bali.

Costumes et maquillage Baris

Le magnifique costume de baris gede est une variante de ce que portaient les soldats Majapahit il y a des siècles. Une danseuse s’habille d’un pantalon blanc et d’une chemise en coton blanc – une couleur dénotant l’héroïsme et l’honneur. Une bande de tissu appelée setagen s’enroule autour de sa poitrine, lui permettant de porter son keris, un grand poignard, sur son dos. Des couches de panneaux de tissu chatoyants appelés awiran pendent du corps de la danseuse, sérigraphiés avec de l’or et bordés d’une frange de pompons colorés. Sa poitrine, ses épaules et le haut de son dos sont recouverts d’une « armure » en forme de bavoir appelée bapang, laquelle peut être incrustée de pierres colorées ou richement brodée. Des bracelets serrés en velours noir décorés de garnitures dorées et rouges recouvrent ses poignets et ses chevilles. Un casque triangulaire appelé gelungan est orné de centaines de fragments de coquillages en nacre attachés à des ressorts qui permettent à chaque pièce de vibrer pendant qu’il danse. Tous ces éléments de costume rendent la danseuse plus grande que nature, la présentant comme une ennemie redoutable pour les mauvais esprits.

Le maquillage dans la danse balinaise contribue également à créer un effet surhumain. Les mouvements rapides des yeux, si essentiels à la danse, sont sublimés par un eye-liner noir charbon épais et un fard à paupières vif. Le blush rose est appliqué sur les joues et le rouge à lèvres sur la bouche. Un point blanc dessiné entre les sourcils représente le concept hindi du « troisième œil ». Traditionnellement, ce maquillage blanc, fabriqué à partir d’une poudre d’argile blanche, protégeait les danseurs de toute magie noire dirigée contre eux. Aujourd’hui, les danseurs qui se produisent dans les spectacles touristiques utilisent du dentifrice (sic), qui a sans doute ses propres mérites mais qui ne résiste peut-être pas aux esprits malins.

Quelles différences entre baris tunggal et baris solo ?

Anak Agung Gede Sobrat, Baris tunggal soldier, 1969

Bien qu’il n’y ait pas de récit direct, baris tunggal dépeint un fier guerrier : alors qu’il rencontre son ennemi invisible, ses expressions faciales communiquent ses innombrables émotions / actions. Ses mouvements oculaires sont extrêmement prononcés — les mouvements brusques et dardés des yeux du danseur sont entremêlés avec des regards si larges que les yeux sont littéralement renflés dans leurs orbites. Le gong de gamelan kebyar accompagne le baris tunggal. Kebyar, qui se traduit par « éclater en flammes », est un style qui s’est développé à Bali dans les années 1920 et reste encore très populaire aujourd’hui.

Le baris tunggal est souvent la première danse enseignée à un jeune garçon. Ses mouvements puissants et guerriers sont dérivés du baris gede, mais le baris solo permet une plus grande liberté dans la chorégraphie et aucune arme n’est portée.


J’espère que ce dernier article vous aura appris quelque chose de nouveau au sujet de Bali ? Si vous souhaitez prolonger la discussion, vous pouvez ajouter un commentaire juste en de-dessous… J’y réponds toujours 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.