Danseuse Legong au Palais Royal de Ubud

Legong dance au palais royal Puri Saren Agung à Ubud

La danse Legong est un spectacle balinais qui, selon la tradition indonésienne, raconte — dans une apothéose de costumes dorés, étincelants et diaprés — le ballet divin de nymphes célestes.

Legong Dance - Danseuse LegongLe légong aurait été inspiré par la danse exorciste de sanghyang dedari. Dans la danse classique de Bali, le legong est réputé comme témoignage du raffinement de la féminité et de la grâce. Les danseuses sont habillées de luxueux costumes rayonnant et de coiffes et couronnes embellies de fleurs. Parfois même, elles manipulent un éventail. Elles sont accompagnées d’une musique exécutée par un orchestre de gamelans.

La danse Legong, ou simplement « Legong », est l’un des spectacles les plus attrayants de la cour royale de Bali. Cette danse est considérée comme l’une des pièces classiques les plus vénérées de l’île, connue pour ses postures physiquement exigeantes et ses mouvements rapides qui requièrent un niveau de souplesse important chez ses interprètes, généralement de jeunes femmes. Chorégraphiée selon un modèle établi dans les moindres détails, la danse a été bien préservée au fil des générations.

Dès l’âge de 5 ans, les petites filles de Bali aspirent à représenter leur village comme danseuses de Legong.

Danse Legong à Bali, un spectacle traditionnel balinais

Les habitants de la région désignent la danse Legong par son nom complet, « Legong Kraton », qui se traduit par « danse du palais royal ». Autrefois, elle n’était présentée qu’à l’intérieur des murs fermés du palais, devant la famille royale. Aujourd’hui, il est possible d’assister à des représentations sur diverses scènes ouvertes et à des spectacles dans toute l’île, comme au palais royal Puri Saren, un monument palatial situé dans le centre d’Ubud, qui est ouvert au public. La plupart des circuits touristiques de Bali incluent ce spectacle dans leur itinéraire.

Historiquement, toute jeune fille à qui l’on confiait la tâche d’apprendre la danse — et éventuellement de la présenter au palais — gagnait un grand honneur. Le Legong représente des anges dansant divinement dans les cieux et se distingue visuellement par les costumes emblématiques des danseuses, qui comprennent une coiffe florale dorée d’une taille et d’un poids considérables, ainsi qu’un costume complet des épaules aux pieds. Les danseurs entraînés exécutent les mouvements sans effort, malgré l’ampleur de leur tenue.

Le spectacle classique met en valeur l’agilité des danseurs ou des danseuses, qui se déplacent de manière dynamique au son d’un orchestre de gamelan. Aujourd’hui, il existe plusieurs variantes artistiques de la danse Legong, que l’on retrouve dans les différentes régions de Bali, comme dans le village de Saba et Bedulu dans la régence de Gianyar, et à Kelandis dans les hauts plateaux du centre de Bali.

Ce qu’il faut savoir sur la danse Legong

La danse Legong a probablement vu le jour au XIXe siècle en tant que divertissement royal. La légende raconte qu’un prince de Sukawati, tombé malade, ait fait un rêve saisissant dans lequel deux jeunes filles dansaient sur de la musique gamelan. Lorsqu’il s’est rétabli, il a fait en sorte que de telles danses soient exécutées dans la réalité. Les danseuses sont recrutées parmi les enfants les plus aptes et les plus jolies. Aujourd’hui, les danseurs formés sont encore très jeunes.

Legong Dance Bali Ubud
Danseuse de Legong au palais royal de Ubud, Bali.

Le Legong Kraton, très stylisé, met en scène un drame d’un genre très pur et abstrait. L’histoire est interprétée par trois danseurs : une servante de la cour et deux legongs habillés de manière identique qui adoptent les rôles de personnages royaux. Les thèmes suggestifs du magnifique orchestre de gamelan et l’esprit des spectateurs évoquent des changements de scène imaginaires.

L’histoire est tirée d’une ancienne histoire de l’Est de Java des XIIe et XIIIe siècles. Un roi trouve la jeune fille Rangkesari perdue dans la forêt. Il la ramène chez lui et l’enferme dans une maison de pierre. Le frère de Rangkesari, le prince de Daha, apprend sa captivité et menace de faire la guerre si elle n’est pas libérée.

Rangkesari supplie son ravisseur d’éviter la guerre en lui rendant la liberté, mais le roi préfère se battre. Sur le chemin de la bataille, il rencontre un oiseau de mauvais augure qui lui prédit sa mort. Dans le combat qui s’ensuit, il est tué. La danse met en scène les adieux du roi alors qu’il part pour le champ de bataille et sa rencontre inquiétante avec l’oiseau.

Les minuscules danseuses scintillent et éblouissent. Liées de la tête aux pieds par du brocart doré, il est étonnant que les legongs puissent se mouvoir avec une telle facilité. Dans une scène d’amour où ils se frottent le nez, par exemple, le roi prend congé de Rangkesari. Elle repousse ses avances en le frappant avec son éventail, et il s’en va, furieux, pour bientôt périr sur le champ de bataille.

Où voir un spectacle traditionnel de Legong à Ubud ?

Le spectacle Legong Dance se déroule au Palais royal de Puri Saren, et commence généralement l’après-midi à 19h30. Le prix des billets est de 100 000 roupies Indonésiennes par personne (env. 6 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.